Collamarini René, Modèle nu

Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), "Rieuse Napolitaine", bronze à patine marron nuancé, Propriété Carpeaux, haut. 25,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Carpeaux Jean-Baptiste, Rieuse Napolitaine
22 décembre 2017
Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875), "Rieuse aux roses", terre cuite, Propriété Carpeaux, haut. 55 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Carpeaux Jean-Baptiste, Rieuse aux roses
26 décembre 2017

Collamarini René, Modèle nu

René Collamarini (1904-1983), "Modèle nu", bronze à patine brune, haut. 54 cm. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

René Collamarini (1904-1983), "Modèle nu", bronze à patine brune, haut. 54 cm. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

COLLAMARINI René / 1904-1983
« Modèle nu »

dimensions : Haut. 54 cm

Description :  bronze à patine brune

 

Biographie René Collamarini

René Collamarini (1904-1983), né à Paris de père italien, quitte l’école à 15 ans pour travailler en usine, puis dans une maison de tissus. Il suit des cours du soir de dessin et de modelage. En 1921, il entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Jean Boucher, où il reste sept ans, et travaille en parallèle comme assistant d’un praticien et s’initie ainsi à la taille de pierre. Il manifeste très vite une prédilection pour la taille directe. Lauréat du Prix Blumenthal en 1930, il crée sa première réalisation importante, la statue du poète François Villon, dont il présente avec succès le plâtre au Salon des Indépendants de 1933. Il s’installe en 1931 dans l’atelier des « Fusains », au bas de la butte Montmartre, où il est le voisin du peintre Pierre Bonnard. Il y demeure jusqu’à sa mort. Il participe au programme décoratif de l’Exposition universelle de 1937 : bas-relief La Céramique et Le Verre sur la façade du palais du Trocadéro et statue de L’Automne. Privé de commandes importantes pendant l’Occupation, Collamarini façonne des têtes de marionnettes pour le directeur de théâtre Gaston Baty. Après la Libération, il participe à la reconstruction d’Amiens et d’Abbeville. Il collabore avec des architectes et reçoit des commandes d’œuvres monumentales pour de nombreux établissements scolaires et des hôpitaux. Il conçoit une sculpture qui s’adapte à l’architecture moderne. Son art évolue vers une stylisation plus avant-gardiste, proche de l’abstraction. De 1959 à 1974, il est professeur de taille directe à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts : son enseignement libéral, son humanité, sa générosité le rendent populaire. Tout au long de sa carrière, il réalise de nombreux portraits dont de nombreux acteurs et ses amis peintres. Il a également créé un Surtout pour la Manufacture de Sèvres et plusieurs médailles pour la Monnaie de Paris. Il participe régulièrement au Salon des Artistes Indépendants, au Salon d’Automne, au Salon des Tuileries et dans les années 1950 au Salon des peintres témoins de leur temps. La Fondation de Coubertin conserve le plus important fonds de sculptures de René Collamarini.