James Pradier (1790-1852), "Négresse aux Calebasses" version sans drapé, bronze à patine marron, haut. 46 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Pradier James, Négresse aux Calebasses, version sans drapé
19 juin 2020
Jean-Louis Grégoire (1840-1890), "La Source", bronze à patine marron foncé, haut. 50 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Grégoire Jean-Louis, La Source
24 juin 2020
Charles Cordier (1827-1905), "Le Nubien", bronze à patine marron, socle en onyx, haut. totale 52,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

CORDIER Charles / 1827-1905
"Le Nubien, Saïd Abdallah de la tribu de Mayac, royaume de Darfour"


Dimensions : Haut. 52,5 cm

Description : Bronze à patine marron. Socle en onyx.

Un modèle similaire (haut. 84 cm) est conservé au Musée d’Art Moderne André Malraux au Havre (inv. 70).

En 1847, la rencontre avec Seïd Enkess, ancien esclave noir devenu modèle, détermina l'orientation de la carrière de Charles Cordier. Exposé au Salon de 1848 sous le titre de Saïd Abdallah, de la tribu de Mayac, royaume de Darfour, le buste attira l'attention et, en 1851, la reine Victoria en acquit un bronze à l'Exposition internationale de Londres.

Charles Cordier relatait cette rencontre dans ses Mémoires : « Un superbe Soudanais paraît à l'atelier. En quinze jours je fis ce buste. […] Ce fut une révélation pour tout le monde artistique. […] Mon genre avait l'actualité d'un sujet nouveau, la révolte contre l'esclavage, l'anthropologie à sa naissance… »


Biographie Charles Cordier

Henri Joseph Charles Cordier, dit Charles Cordier (1827-1905) est un sculpteur français dont ses sujets sont représentatifs du style orientaliste et de l'éclectisme propre au Second Empire. Fils de pharmacien, Charles Cordier entre en 1846 à l’École des beaux-arts de Paris. Mais il n'y reste pas longtemps, car il entre...


Langues »