Dalou Aimé-Jules, Le Rebatteur de faux

Jean-Joseph Carriès (1855-1894), "Le Gentilhomme français, dit Le Callot", bronze à patine brun vert nuancé, fonte Bingen, haut. 33 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Carriès Jean-Joseph, Le Gentilhomme français, dit « Le Callot »
20 septembre 2017
Jules Dalou (1838-1902), "Homme à la pelle allant au travail", bronze à patine brun vert nuancé, fonte Susse, haut. 16,5 cm. Encrier en marbre vert. sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Dalou Aimé-Jules, Homme à la pelle allant au travail
22 septembre 2017
Jules Dalou (1838-1902), "Rebatteur de faux", bronze à patine brun nuancé, fonte Susse, haut. 12,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

Jules Dalou (1838-1902), "Rebatteur de faux", bronze à patine brun nuancé, fonte Susse, haut. 12,5 cm. bronze cast by Susse. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

DALOU Aimé-Jules / 1838-1902
« Le Rebatteur de faux »

Dimensions : Haut. 12,5 cm

Description : Bronze à patine brune – fonte SUSSE

Modèle similaire reproduit dans Jules Dalou, le sculpteur de la République, Exposition au Musée du Petit Palais, Paris, 2013, page 293, n°227.

Dalou n’a pas le temps de mener à bien son dernier grand projet, un Monument aux Travailleurs (ou Monument aux Ouvriers), dont l’idée lui vient en 1889 au lendemain de la première inauguration du Triomphe de la République. Le formalisme de la cérémonie et les défilés militaires avaient tenu le peuple à l’écart de cette manifestation officielle. Dalou en avait été déçu. Fidèle à son idéal républicain, il eut souhaité que cette inauguration soit l’occasion d’une grande fête populaire et démocratique (ce qu’elle fut lors de l’inauguration du bronze en 1899). Son idée est de rendre un hommage au monde des ouvriers, des artisans et des paysans en leur dédiant cette œuvre dont ils constituent le sujet central. À la fin de sa carrière il décrit ce projet en ces termes : « Je crois avoir enfin trouvé le monument aux Ouvriers que je cherche depuis 1889. La disposition générale tiendrait de l’insigne de Priape, Dieu des Jardins, emblème de la création, de la borne, berceau et tombe du pauvre, enfin du tuyau de l’usine, prison où se passe sa vie. Sobre, sans moulure ni ornement, je désire qu’il ait l’aspect grave et imposant, s’il se peut, que le sujet comporte. L’exécuterai-je ? Là est la question. Je suis bien âgé et de plus ma santé est bien débile ».

Les nombreuses esquisses de ce monument trouvées dans l’atelier de Dalou après son décès sont maintenant conservées au Musée du Petit Palais. La statue du Grand paysan (vers 1897-1902, Paris, musée d’Orsay) préfigure les personnages qu’il projetait de placer dans les seize niches entourant la colonne, le monument devant mesurer 32 mètres de haut.

 

Biographie Aimé-Jules Dalou

Aimé-Jules Dalou, dit Jules Dalou (1838-1902) est un sculpteur français, né d’artisans gantiers protestants qui l’élèvent dans la laïcité et l’amour de la République. Jules Dalou montre très jeune des dons pour le modelage et le dessin, ce qui lui vaut l’attention de Jean-Baptiste Carpeaux, lequel fait Dalou entrer en 1852 à…

  • [Lire la suite]
  • Langues »