Dejean Louis, Baigneuses sur un rocher

Edouard-Marcel Sandoz (1881-1971), "Lapin, une oreille dressée", bronze à patine vert brun nuancé, fonte Susse, Haut. 6,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Sandoz Edouard-Marcel, Lapin, une oreille dressée
28 mai 2019
Jean-Léon Gérôme (1824-1904), "Bonaparte entrant au Caire", bronze à double patines, fonte Siot, haut. 40,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Gérôme Jean-Léon, Bonaparte entrant au Caire
3 juin 2019

Dejean Louis, Baigneuses sur un rocher

Louis Dejean (1872-1951), Baigneuses sur un rocher, bronze à patine marron foncé très nuancé, fonte Rudier, haut. 53 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

Louis Dejean (1872-1951), Baigneuses sur un rocher, bronze à patine marron foncé très nuancé, fonte Rudier, haut. 53 cm. Bathers on a rock, bronze cast by Rudier. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

DEJEAN Louis / 1872-1951
Baigneuses sur un rocher

dimensions : Haut. 53 cm

Description : Bronze à patine marron foncé très nuancé – fonte RUDIER

Ce modèle est à rapprocher des « Passions s’élevant vers les Muses« , réalisé pour le montant en bronze du meuble-bibliothèque de M. Paix-Séailles. Dejean conçut cet ensemble sculptural célébrant le triomphe de l’esprit sur la matière, avec ces femmes nues surgissant des nuées.

 

Biographie Louis Dejean

Louis Dejean (1872-1951) est un sculpteur français. Après avoir été un an élève de l’Ecole des arts décoratifs, il entre dans l’atelier d’Antonin Carlès où il apprend son métier de sculpteur en tant que praticien. Il occupera aussi cette fonction chez Rodin jusqu’à ce qu’un désaccord au sujet du Balzac ne les sépare (1909). Si son passage dans l’atelier de Carlès avait fait de lui un praticien méticuleux, son passage chez Rodin lui permet d’aborder les volumes avec plus de force. Il va tout d’abord développer un travail précis et décoratif sur des statuettes féminines en terre cuite, inspirées des Tanagras devant lesquelles il s’arrêtait durant ses visites au Louvre. Elles caractérisent les Parisiennes des années 1900. Il va les exposer avec succès au salon de la Société Nationale des Beaux-Arts à partir de 1899.

Mais Dejean va revenir à une sculpture plus monumentale qu’il réalise dans son grand atelier à Neuilly. La Maternité (1910) indique une évolution vers un art plus large qui rejette le pittoresque pour mieux rechercher la plénitude de la forme. Cette tendance se marque encore davantage dans les œuvres suivantes : Boxeur au repos, Femme assise, Narcisse, Jeune Lutteur, et diverses autres figures dont le torse de femme exposé au Salon des Tuileries de 1926. Dejean reçoit une commande en 1933, de La Paix, rebaptisée L’Accueil, grande figure en bronze érigée pour la salle à manger des premières classes du paquebot Normandie. En 1937, il réalise pour le Palais de Tokyo à Paris une des quatre Nymphes couchées qui entourent le bassin. Il affirme là son goût pour la beauté des corps, bustes et nus en particulier.

Dejean est connu également comme étant un des membres de la dite « Bande à Schnegg » qui comprenait, entre autres, d’anciens collaborateurs de Rodin : Bourdelle, Despiau, Wlérick, Pompon, Drivier, Halou, Marque, Malfray, Niederhausern-Rodo, Cavaillon, Arnold, Jane Poupelet, Yvonne Serruys… Influencé à ses débuts par Rodin, Dejean s’éloigne cependant du lyrisme du maître pour s’orienter vers une sculpture calme, sereine, de plus en plus dépouillée, à la recherche de volumes simples et de compositions équilibrées.

  • Galerie Tourbillon, antiquaire, antique dealer, sculptures, bronzes, Paris