Eriksson Liss, Maternité

James Pradier (1790-1852), "Négresse aux Calebasses" version sans drapé, bronze à patine brun foncé, fonte Cresson, haut. 45,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Pradier James, Négresse aux Calebasses, version sans drapé
15 février 2018
Lucille Sévin (act. 1920-1940), "Couple de Danseurs Slaves", sculpture chryséléphantine, fonte Etling, haut. totale 52,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Sévin Lucille, Couple de Danseurs Slaves
16 février 2018

Eriksson Liss, Maternité

Liss Eriksson (1919-2000), "Maternité", bronze à patine marron foncé nuancé, socle en marbre noir fin de Belgique, fonte Valsuani, haut. totale 24 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

Liss Eriksson (1919-2000), "Maternité", bronze à patine marron foncé nuancé, socle en marbre noir fin de Belgique, fonte Valsuani, haut. totale 24 cm. Maternal joy, bronze cast by Valsuani. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

ERIKSSON Liss / 1919-2000
« Maternité »

dimensions : haut. totale 24 cm

Description : Bronze à patine marron foncé nuancé, socle en marbre noir fin de Belgique – fonte VALSUANI

 

Biographie Liss Eriksson

Fils du sculpteur suédois Christian Eriksson (1858-1935), Liss Eriksson a grandi à Maria Prästgårdsgatan à Södermalm dans le centre-sud de Stockholm. Après ses études au Collège des Beaux-Arts de Nils Sjögren et Eric Grate en 1939-1944, Liss Eriksson participe à l’exposition pionnière « Ung Konst » (Jeune Art) en 1947, avant de passer cinq ans à Paris avec son épouse, l’artiste Britta Reich-Eriksson, à étudier auprès de Jean Osouf et Henri Laurens. Il retourne à Stockholm en 1951, et y reprend en 1975 l’atelier de son père. Durant ses dernières années, il travaillait sur un retable pour l’église Katarina kyrka, près de chez lui.

  • Galerie Tourbillon, antiquaire, antique dealer, sculptures, bronzes, Paris