Guillemin Emile, Buste de Femme Orientale

Jean-Antoine Idrac (1849-1884), "Salammbô", bronze à patine brun nuancé, haut. 52,5 cm. sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Idrac Jean-Antoine, « Salammbô »
24 mai 2019
Edouard-Marcel Sandoz (1881-1971), "Lapin, une oreille dressée", bronze à patine vert brun nuancé, fonte Susse, Haut. 6,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Sandoz Edouard-Marcel, Lapin, une oreille dressée
28 mai 2019

Guillemin Emile, Buste de Femme Orientale

Emile Guillemin (1841-1907), Buste de Femme Orientale, bronze Orientaliste à triple patines, haut. 39 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

Emile Guillemin (1841-1907), Buste de Femme Orientale, bronze Orientaliste à triple patines, haut. 39 cm. Oriental female figure bust, Orientalist bronze sculpture. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

GUILLEMIN Emile / 1841-1907
Buste de Femme Orientale

dimensions : Haut. 39 cm

Description : Bronze Orientaliste à triple patines, mordoré, brun et rouge
socle en marbre rouge

 

Biographie Emile Guillemin

Emile-Coriolan Guillemin (1841-1907) est un sculpteur parisien. Il fait son apprentissage artistique auprès de son père Emile-Marie-Auguste Guillemin, puis chez le sculpteur Jean-Jules Salmson. Il débute au Salon des Artistes Français de 1870, avec deux plâtres de gladiateurs romains, dont les tirages en bronze sont acquis par l’Etat pour le Château de Saint-Germain-en-Laye. Il collabore avec les grandes maisons éditrices d’art, telles que Barbedienne ou Christofle. Guillemin continue d’exposer au Salon jusqu’à la fin des années 1890. Il y expose notamment une série de bustes de femmes orientales en bronze. Ces bustes s’inscrivent dans le mouvement Orientaliste et donc un contexte particulier : Guillemin voyage en Afrique du Nord et dans le bassin Méditerranéen dans le but de répertorier les caractères anthropologiques des différentes cultures locales, à l’instar de Charles Cordier quelques années plus tôt.

  • Galerie Tourbillon, antiquaire, antique dealer, sculptures, bronzes, Paris