Léonard Agathon, Lampe « Danseuse à l’écharpe »

Jacinto La Torre (1903-1986), "Orante", bronze à patine brune, fonte Robecchi, haut. 28,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
La Torre Jacinto, Orante
31 octobre 2017
Agathon Léonard (1841-1923), "Danseuse aux Cothurnes", bronze à patine dorée, fonte Susse, haut. 53 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
Léonard Agathon, Danseuse aux Cothurnes
6 novembre 2017

Léonard Agathon, Lampe « Danseuse à l’écharpe »

Agathon Léonard (1841-1923), Lampe "Danseuse à l'écharpe", bronze à patine dorée, fonte Susse, haut. 41 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

Agathon Léonard (1841-1923), Lampe "Danseuse à l'écharpe", bronze à patine dorée, fonte Susse, haut. 41 cm. "Dancer with scarf", bronze cast by Susse. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

LEONARD Agathon/ 1841-1923
Lampe « Danseuse à l’écharpe »

dimensions : Haut. 41 cm

Description : Bronze à patine dorée – fonte SUSSE

Modèle inspirée de Loïe Fuller (1862-1928), danseuse américaine qui vécut à Paris. Elle fut pionnière de la danse moderne, et surtout célèbre pour les voiles qu’elle faisait tournoyer dans ses chorégraphies.

 

Biographie Agathon Léonard

Léonard Agathon Van Weydeveldt, dit Agathon Léonard (1841-1923) est un sculpteur d’origine belge naturalisé français. Après ses études d’art à l’Académie des beaux-arts de Lille, puis à l’École des beaux-arts de Paris, Agathon Léonard s’installe durablement à Paris où après avoir exposé au Salon de 1868, il adhère à la Société des artistes français en 1887, puis à la Société nationale des beaux-arts en 1897. Très impliqué dans le courant du style Art nouveau, il expose de nombreuses pièces (médaillons, statuettes de bronze et céramiques) finement travaillées.

Suite à une commande de la Manufacture Nationale de Sèvres, datant de 1898, Agathon Léonard expose à l’Exposition Universelle de 1900 à Paris son célèbre surtout du Jeu de l’écharpe en biscuit de porcelaine, composé de quinze statuettes représentant des danseuses aux robes plissées évoquant les chorégraphies de Loïe Fuller ou les danseuses néo-grecques aux tuniques Delos de Fortuny (deux danseuses au flambeau, une danseuse à la marguerite, une danseuse aux pipeaux, une danseuse relevant sa jupe, une danseuse aux cymbales, une danseuse chantant, quatre danseuses à l’écharpe). Le succès du groupe d’Agathon Léonard fut époustouflant et les statuettes furent commercialisées en deux grandeurs. En 1901, l’artiste présente les mêmes figures, éditées par le célèbre fondeur parisien Susse Frères. En bronze doré, en chryséléphantine (bronze pour les vêtements, ivoire pour les chairs) ou en bronze argenté, cette nouvelle version confirma le succès des statuettes dont certaines furent montées en lampe électrique, l’ampoule étant précisément cachée dans l’écharpe.

  • Galerie Tourbillon, antiquaire, antique dealer, sculptures, bronzes, Paris