Magrou Jean, Bas-relief « La Mélancolie »

Buste à l'antique, bronze à patine mordorée, fonte Susse, haut. 29,5 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris
d’après l’antique, Buste de jeune homme
22 septembre 2017
de Martino Giovanni, Enfant aux poissons
2 octobre 2017

Magrou Jean, Bas-relief « La Mélancolie »

Jean Magrou (1869-1945), bas-relief, bronze à patine marron foncé, fonte Jaboeuf et Rouard, haut. 206 cm, sculptures - galerie Tourbillon, Paris

Jean Magrou (1869-1945), bas-relief, bronze à patine marron foncé, fonte Jaboeuf et Rouard, haut. 206 cm. low-relief bronze plaque. sculptures - galerie Tourbillon, Paris

MAGROU Jean / 1869-1945
Bas-relief « La Mélancolie »

daté 1904

Dimensions : Haut. 206 cm / Larg. 84 cm / Epais. 4 cm

Description : Bronze à patine marron foncé – fonte JABOEUF et ROUARD

 

Biographie Jean Magrou

Jean Marie Joseph Magrou (1869-1945) est un sculpteur français. Né dans une famille d’artistes, dont le père est lithographe, Jean Magrou fait ses études à Béziers. Désirant devenir sculpteur, il s’inscrit à l’École des beaux-arts de Paris où il est admis dans les ateliers de Gabriel Thomas et de Jean-Antoine Injalbert. Il concourt, avec succès, pour le prix de Rome. Jeune marié, il décide de ne pas aller séjourner à la villa Médicis ; il est ainsi second Prix de Rome avec le bas-relief Silène et les Bacchantes. Magrou expose au Salon des artistes français à partir de 1893 et obtient une médaille de 3e classe en 1895. Il s’installe à Paris et épouse en 1898 Jeanne Rixens, nièce du peintre Jean-André Rixens. Professeur de modelage et de dessin à la Sorbonne, il participe en 1907 à la coopérative d’enseignement créée par Marie Curie. Jean Magrou a contribué à de nombreux monuments aux morts après la Première Guerre mondiale, principalement pour des communes du sud de la France.

  • Galerie Tourbillon, antiquaire, antique dealer, sculptures, bronzes, Paris